Accueil / Race de chevaux / Le cheval frison

Le cheval frison

Cheval frison

Histoire de la race Frison

Le cheval Frison, l’une des plus anciennes races européennes, est originaire de l’Europe Occidentale. Au temps du Moyen-Age, il est utilisé comme destrier de guerre par les chevaliers. Le Frison recevra un apport de sang oriental et de sang Andalou entre le XVIe et le XVIIe siècles. Plus tard, les Frisons s’adonneront avec succès aux courses de trot au cours du XVIIIe et XIXe siècles.

Au début du XXe siècle, la race connaît un terrible déclin. Il ne restera alors que trois étalons. Peu à peu, l’élevage du Frison reprend. Il sera utilisé en tant que cheval de trait. Aujourd’hui, très apprécié pour son élégance et ses compétences, le Frison est devenu un excellent cheval de loisirs. Il sert également d’améliorateur de races pour bon nombre de chevaux et de poneys.

cheval-frison-02

STANDARD

Le Frison mesure entre 1,52 m et 1,62 m au garrot. Sa robe est toujours noire. C’est un cheval de type médio bréviligne. Sa tête est longue et fuselée surmontée par de petites oreilles pointues.

attelage de frison

La beauté et les allures relevées du Frison sont très appréciées en attelage. Son encolure est arquée et portée haut. Le Frison possède une crinière et une queue abondantes et ondulées. Son épaule est longue et inclinée et son poitrail est large. Il possède un garrot large et peu prononcé.

cheval frisons

On peut apprécier ici la noblesse de son port de tête

Son dos court et fort se prolonge par des reins larges et une croupe légèrement oblique. Ses membres sont robustes et musclés. Il dispose de pieds solides à la corne dure. Son abondance de crins et de fanons ainsi que sa robe noire lui valent son terrible succès.

attelage frison

Ce cheval, couleur d’ébène, arbore une crinière et une queue aux crins richement fournies et joliment ondulés ainsi que d’abondants fanons.

QUALITES

Le Frison est avant tout un bon trotteur possédant un bon mental et une très grande gentillesse. Sa beauté légendaire et ses allures relevées font du Frison un merveilleux cheval de spectacle, très habile pour le dressage. Il excelle également en attelage par sa puissance et son endurance.

Cheval frison

Attelage de Frisons lors du Salon du Cheval de Montpellier

cheval frison

Outre l’attelage, le Frison est doué pour le dressage et le spectacle où sa beauté et sa grâce sont mises à profit

PARTICULARITÉS

Le Frison possède des allures relevées très appréciées en dressage.

Cheval frison

Le Frison est un cheval doté d’un bon mental et d’une grande gentillesse.
PETITES ANNONCES VENTE CHEVAL FRISON
Vous souhaitez vendre ou acheter un cheval Frison, consultez nos petites annonces cliquez ici

ASSOCIATION

Association Française du Cheval Frison
7 rue du Ponceau
02140 BURELLES
Tél / Fax : 03 23 90 01 03
www.af-cheval-frison.com

Partagez votre passion pour le cheval Frison en soulignant votre intérêt pour ce cheval, ses compétences et tout autre élément important que vous avez pu observer chez ce cheval.

Race de chevaux légers
L'akhal tekeLe lipizzan *Le quarter horse
L'American Bashkir CurlyLe lusitanien *Le selle français
L'anglo arabeLe MerensLe Shagya
L'appaloosa *Le paint horseLe trakehner *
Le camargueLe palominoLe trotteur français
Le frisonLe paso peruvienL' islandais
L'hanovrienLe pur race espagnol (PRE)
Le irish cob (tinker ) *Le pur sang anglais
Le knabstrupLe pur sang arabe
Accueil des races de chevaux

6 plusieurs commentaires

  1. Le Frison : Qu’il est beau! Certes, mais comme le dit Laurenv ce n’est pas un cheval facile! Heureuse propriétaire depuis un peu plus d’un an de Tristan (Frison de 5 ans à ce jour !) et adepte des chevaux de trait pour leur sang froid et leur calme quelle ne fut pas ma surprise !!!
    En effet ce n’est pas un cheval pour débutant. Il a beaucoup de caractère et le montre très souvent. Il est têtu, borné et dominant.
    Régulièrement, Tristan tente de prendre le dessus et il faut lui expliquer que c’est l’homme le dominant :
    – dans son box il peut rester planté devant la porte à l’heure de la distribution de granulés ou de foin et après s’être fâché pour qu’il laisse la place, il vous toise de haut comme un entier
    – lors de travail en longe, il lui arrivait de tenter de se mettre face à moi car ce jour là il ne voulait pas travailler, il ne faut donc pas se démonter lorsqu’il est debout face à vous et savoir le relancer sur le cercle !
    Tristan a du être castré car très chaud vis-à-vis des juments et même des hongres il sait encore aujourd’hui s’exprimer en se cabrant s’il n’aime pas un de ses congénères (même en ballade !).

    Pour être cheval de spectacle ou de randonnée, il va devoir être confronté très tôt et très vite à tous les bruits extérieurs. En effet, comme beaucoup de chevaux il connaît la peur !
    Tristan s’est habitué rapidement aux voitures, mais il reste encore très sensible aux tracteurs et camions (j’y travaille encore, mais je ne sais pas si ça viendra !). Lors de passages difficiles, il a tendance à se bloquer, comme si un mur lui barrait la route. Là il faut se montrer plus têtu que lui (pas toujours évident !) et surtout ne pas lui céder, sinon c’est perdu pour très longtemps.
    Ainsi passer près d’un aspirateur en fonctionnement dans une voiture semble insurmontable à Tristan, alors que 2 gros chiens bondissant et aboyant derrière un grillage ne lui font rien. Quel est le plus dangereux à votre avis ???
    Pour les applaudissements ou les représentations en musique, encore faut-il avoir du public et les premières fois sont souvent délicates à moins d’en avoir souvent l’occasion.

    A part tout cela, je ne regrette absolument pas cette acquisition, bien au contraire. Si l’on me demandait aujourd’hui de recommencer je dis oui, oui, oui et encore oui !
    Même si son caractère est très fort il a aussi de très bons cotés. Il apprend vite quand il est de bonne humeur, il est cabotin et se prête donc très bien aux jeux (la révérence, le bonjour, le pas espagnol …). Pour l’instant, n’ayant pu trouver de cours ou de stages, je lui apprends tout cela à partir de lectures, donc ça prend un peu plus de temps, mais ça vient !

    Question entretien : c’est une  » poupée barbie « . Sa robe demande de l’attention mais rien en comparaison de ses crins. Il faut user et même abuser de lotion démêlante, prendre grand soin d’un démêlage en douceur avec une brosse à cheveux adaptée afin d’arracher le moins possible de crins. Les pieds aussi sont à prendre en considération. Même s’ils sont naturellement bons, un Frison doit avoir (comme tous les chevaux) un pied sain bien entretenu, surtout s’il reste en box (graisse et goudron de Norvège même en été si besoin).

    Le frison n’est pas très endurant de nature. Il faut donc travailler son endurance par des  » trottings  » et pour sa musculature, s’il est monté, il est préférable de le travailler avec un enrênement adapté à sa morphologie, du moins à ses débuts.
    J’utilise un enrênement jeunes chevaux : c’est un élastique passant sur la têtière, puis dans chaque anneau du mord et rattaché à un anneau central sur la sangle, mais l’enrênement Pirelli est aussi très bien. Le jeune Frison doit travailler la tête vers le bas mais pas en bas ! Il devrait avoir la tête comme à l’attelage, c’est-à-dire l’encolure à l’horizontal.
    Bien entendu pour les démonstrations ou les représentations, nous préfèrerons une tête haute et fière !
    Dans le travail aussi il peut se montrer très têtu et là encore il faut l’être plus que lui ! Ça peut sembler décourageant par moment. Tristan arrivé fin mai 2002, castré en juillet et dont le vrai travail a commencé en septembre, n’a consenti à galoper qu’en janvier 2003 (malgré de multiples stratagèmes). Pas toujours facile, hein ?
    Il faut varier son travail car s’il apprend vite, il se lasse aussi très vite. Ainsi après quelques répétitions pour une reprise de dressage, il savait où et quand partir au galop avant même que je le lui demande.

    Bon je crois que j’ai déjà fait un peu trop long, mais quand on aime c’est difficile de s’arrêter. Je dois aller le retrouver, alors bonne lecture et merci Tristan d’être un Frison !

  2. Mon avis sur le frison (basé sur celui que nous possédons) : Je ne suis pas du tout d’accord avec tout ce qu’on lit dans les journaux :
    – le frison n’est pas un cheval pour débutant
    – ce n’est pas un cheval à sang froid mais bien à sang chaud, il est
    assez vif
    – cheval assez peureux (y a pas que moi qui le dit)
    – par contre, il a un excellent caractère.

  3. Caroline (inspirée par son frison Willem)

    Quelle ne fut pas ma stupeur quand j’ai enfin su révéler ce cheval qui est en lui ! A l’abri dans un manège de 20×30 m, il m’a propulsé dans un monde merveilleux et magique… je chevauchais, alors, dans les flots où un vent violent mais chaud s’engouffrait à la fois dans ses crins, si longs, qui venaient battre mon visage ravi…

    Lui, d’ordinaire si serein devant un exercice lassant et rébarbatif tel que cercles au trot, changements de main ou transitions mineures… lorque j’ai découvert « sa passion » pour les départs au galop du pas et de l’arrêt… Ce jeune frison a appris avec enthousiasme les techniques des joutes et tournois : « droit devant, en toute puissance !!! » Son galop battait le sable du manège, légèreté et amplitude semblait lui être acquise, son trot se relevait, fier, dominant…

    Quel bonheur de chevaucher un cheval soit-disant trop « raide » ou si peu souple… ou encore trop lourd ou trop mou. TOTALEMENT FAUX, vif, il peut se montrer aussi agile ! Mon jeune frison de 4 ans, depuis qu’il a assimilé le but de la rêne d’appui, me fait des changements de direction comme une danseuse, avec entrain et légèreté !

    Seulement, quand il a décidé de faire « autrement », il ne sait s’arrêter qu’à la voix et/ou avec un code instauré entre nous : la caresse de fin d’exercice et les rênes longues… Les rênes à sa bouche ne sont qu’illusion de contrôle… il faut d’abord monter l’âme des frisons avant leur corps…

    Mais, heureusement, ils ne sont pas vicieux et le mien est très, très, très respectueux et ma voix est son « mentor » ! Car avec une telle puissance, comment lui résister autrement ! Avec une telle beauté… comment lui résister… tout court !

  4. J’ai fait l’acquisition il y a moins d’un an d’ un jeune frison, Bouwe, surnommé Boubou par les intimes. Il sortait de chez l’éleveur et du débourrage. Ce fut difficile au début car Monsieur Boubou a du caractère et est entier! : une chute juste avant l’achat lors de l’essai mais c’était lui que je voulais et pas un autre…. Cela va mieux à présent, c’est un cheval exceptionnel de gentillesse et d’intelligence et puis quel classe! Le frison est un prince au grand coeur. Pour ceux qui hésitent encore, lancez-vous! Vous n’aurez ni regret, ni remords…

  5. Bonjour, je voulais souligner que j’étais totalement d’accord avec les récents avis sur le frison dans votre page. J’ai moi-même un frison et je confirme que le frison, bien que nonchalant, peut se révéler très vif, peureux par moment et que ce n’est pas un cheval de débutant car il faut savoir gérer et maitriser son imposante carrure. Amicalement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

4 − trois =