Accueil / À la une / CPEDI*** de Hartpury
CPEDI*** de Hartpury

CPEDI*** de Hartpury

Dernière étape de sélection pour les “frenchies” à Hartpury en Grande Bretagne !

Après les Bréviaires il y a deux semaines, six des cavaliers français de para-dressage se rendront, du 9 au 11 juillet, au CPEDI*** d’Hartpury (GBR). Avec pas moins de dix nations au départ, cette dernière étape avant les Jeux Equestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie promet d’offrir de grands moments de sport.

En effet, réunissant certains des meilleurs paradresseurs mondiaux à l’image des britanniques Sophie Wells, Deborah Criddle ou encore Lee Pearson, ici sur leur terrain de jeu, le Hartpury Festival of dressage 2014 réservera sans nul doute de nombreux rebondissements. Comme à l’accoutumée, la Coupe des Nations se jouera lors des deux premiers jours (Team Test et Individual Championship) tandis que la troisième journée sera consacrée aux Freestyle.

Les quatre couples à représenter la France ne seront cependant connus qu’après l’inspection des chevaux, le mardi, afin de prendre en considération la forme de ces derniers après le voyage. Quel sera donc l’irréductible quatuor désigné par le sélectionneur national, Jean-Claude Leterrier, pour porter haut les couleurs nationales et tenter de faire face aux anglais ?

Seule concurrente française en Grade IV, Nathalie Bizet, ouvrira le bal de bonne heure le mercredi. Il faudra pourtant entrer très vite dans la compétition car l’enjeu est de taille ! En effet, la avalière et son nouvel étalon, Odate F J, n’ayant pas encore couru un international ensemble, devront obtenir une note d’au moins 60 % s’ils veulent pouvoir se qualifier aux Jeux
Mondiaux. Cela ne devrait pas poser de problème si le couple réitére les belles performances aperçues lors de son passage aux Breviaires. Affaire à suivre…

Deux tricolores en Grade III ! Samuel Catel, le premier, devra à l’instar de la cavalière francilienne également faire ses preuves avec son nouveau compagnon de route, Mogador de Valange, si il veut pouvoir décrocher son billet pour Caen. Vladimir Vinchon et Rockford 17, devront quant à eux confirmer leurs très nets progrès constatés lors de leurs précédentes sorties.
Progrès d’ailleurs soulignés par Jean-Claude Leterrier : “ Rockford 17 a de très nombreuses qualités et se montre de plus en plus coopératif. Il finit par se prêter au jeu et je trouve que le couple commence à prendre ses repères ensemble. Je tiens à saluer le travail formidable réalisé cet hiver par Vladimir Vinchon et son entraîneur, Marc-André Morin. Ils ont vraiment passé un cap ! ”.
Appréciations encourageantes pour ce fils de Rubinstein qui, espérons-le, continuera d’accumuler les bonnes notes prochainement !

A noter : Afin de préserver la jument, Warina*ENE-HN, José Letartre ne sera pas du voyage.

Pas l’ombre d’un français en Grade II, mais deux en Grade Ib ! Après une légère baisse de forme à Jardy, Anne-Frédérique Royon et sa jument J’Adore auront à coeur de dérouler des reprises aussi enlevées que leur dernière Libre aux Bréviaires.
Aériennes et élégantes, la stéphanoise et sa baie brune avaient alors réussi à arracher quelques larmes à l’un des juges. Espérons que cela sera de nouveau le cas ! Pénalisée par quelques fautes il y a deux semaines, la Championne de France en titre, Valérie Salles tentera de redresser la barre associée à Diamond du Loing afin de décrocher son accessit pour l’échéance mondiale.
Malgré leur détermination, les deux cavalières tricolores devront faire face à une concurrence de taille dont l’emblématique Lee Pearson, triple médaillé d’or aux Jeux Paralympiques de Beijing (2008).

Unique cartouche française en Grade Ia, Thibault Stoclin accompagné de l’hanovrien de 10 ans Lou Heart, jouera ici son vatout. En effet, tous les yeux du staff de l’équipe de France seront tournés vers celui qui, après les avoir fait rêver à Deauville avec la monture de Victoria Saint Cast, connaît une baisse de forme dernièrement.

Une saison pleine de surprises et de rebondissements qui connaîtra son paroxysme dans seulement quelques semaines. Pas de “ Tea Time ” ni de répit pour les français qui se tiendront en alerte jusqu’à l’annonce de la “ long list ” qui aura lieu le 14 juillet, juste après cette compétition.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*